Vacances au ski : mes 3 phrases préférées de la semaine

pioupiou

On revient tout juste d’une semaine dans les belles montagnes du Vercors. Au programme : ski pour les 3 loups et leur papa, et préparation et acclamation de petits et grand sportifs pour moi.

Ne croyez pas que je me cache derrière mes enfants pour éviter de remonter sur le télésiège ! Nooooon ! C’est juste que les cours en décalé, le plus-petit à ramener, la neige, le froid, tout ça … pour cette année, c’était encore un peu trop compliqué d’être deux à skier. Et comme, contrairement à Troisfoispapa, je n’aime pas beaucoup descendre les pistes seule, on n’a même pas eu besoin de tirer au sort 😉

Du coup, j’ai préparé les petits dejs’, tenu les skis, remis les mouffles, vissé les casques, donné des goûters, admiré, applaudi, récupéré les Loups glacés, affamés, épuisés, mal aux pieds … et eu à faire face à quelques petits moments de solitude « spécial neige » qui, peut-être, vous rappelleront des souvenirs ou vous feront vous sentir moins seul(e ) dans quelques jours, lorsque ce sera votre tour !

Et maintenant z’ai envie de faire pipi

C’était le deuxième jour. Mini Loup (ça fait drôle, hein !) allait monter sur les skis pour la première fois et rejoindre l’adorable groupe des piou-pious, ceux qui agitent les moufles comme des oiseaux, sautent comme des kangourous avec des boulets skis aux pieds, et hurlent chapeau pointu (ndlr : notion pédagogique du chasse neige) lorsqu’ils s’écrasent en tas en bas de la mini piste verte.

J’avais acheté le ticket, il était là, avec sa combi, sa polaire et sa sous-combi, il restait 2 minutes avant le début du cours lorsqu’il a plié les genoux en dedans et positionné ses moufles à la Jackson style : Maman, maintenant, z’ai envie de faire pipi. La bonne idée. LA bonne idée. Il n’y en avait qu’une, ou à peu près, qui pouvait être aussi relou PILE à ce moment là.

Parce que dans notre petite station familiale, à l’endroit où les pious-pious glissent tout schuss dans les filets, il n’y a pas un arbre, non pas un, qui puisse abriter un petit pipi rapide de vessie de moineau. Et croyez moi, faire semblant d’être au bord de quelque chose, au carrefour de toutes les pistes de la station, avec un enfant de 3 ans à moitié nu qui crie : mamaaaaaannn regaaaaaarde, mon pipiiiii làààà, il fait un lac tout jaaaaaauuuuune , c’est une expérience à vivre, au moins une fois dans sa vie.

Je suis tellement affamé que je vais mourir

Les deux plus grands loups étaient partis tôt le matin pour pouvoir skier avec leur père avant leur cours. A midi, ils étaient repartis se faire une dernière descente entre hommes, pendant que le plus petit agitait ses moufles et faisait le kangourou dans le jardin des neiges.

Moi, en attendant, assise au pied des pistes, je m’étais fait un petit apéro à base des BN trouvés dans le fond du sac, persuadée que Troisfoispapa avait un stock de son côté.

C’est juste après avoir cherché en vain un dernier biscuit que Petit Loup est arrivé, un peu plus blanc que d’habitude et congelé comme un enfant de 5 ans qui vient de se faire 4 heures de ski sans pause sous la neige : Je suis tellement affamé que je vais mourir. Papa m’a dit que les gâteaux étaient dans ton sac

Evidemment, je n’avais pas le moindre euro sur moi pour racheter ma mauvaise conduite en allant lui chercher dare-dare une barquette de frites qui sauverait la situation. J’ai dû lui faire des additions en raffale pour lui changer les idées et éviter qu’il ne tombe d’inanition au pied du petit jardin des neiges, et j’ai porté ses skis, son masque, ses moufles et ma très grande culpabilité jusqu’à la porte de l’appartement avant de lui servir une quadruple ration de pâtes. Inutile de préciser que je n’ai pas mangé un seul BN depuis.

On a oublié le masque … ze crois

Mini Loup et moi, on passait la matinée tous les deux à la station, pendant que Troisfoispapa et les deux grands dévalaient les pistes « à fond les ballons ». Alors on se préparait tranquilles, et on partait avec tout le barda attendre la navette à l’arrêt de La Buffe. On prévoyait 15 minutes d’avance, pour pouvoir s’installer devant la cheminée du petit hôtel du même nom, et siroter un bon petit chocolat chaud en attendant le bus.

Jeudi, comme à ce qui était devenu notre habitude, on a laissé les skis à l’entrée, on s’’est installés dans les fauteuils confortables, et on a attendu. Le serveur a posé la tasse sur la table, et, très tranquillement, mini Loup m’a annoncé : on a oublié le masque

Il a ajouté ze crois pour me laisser vérifier moi même et décider comme une adulte responsable qu’il faudrait planter là le chocolat chaud et me préparer à la suée de ma vie dans ma doudoune polaire et mes après-skis, pour faire l’aller retour à l’appartement en 7 minutes chrono, avec un bonhomme michelin rouge vif de 16 kg option chaussures de skis dans les bras. Ce que je fis, sans imaginer un seul instant que ce trajet de la loose se déroulerait au son d’une sirène hurlante et continue : j’aiiiii paaaaaaas buuuuuuuu monnnn chooocooolat chaaaaauuuuud !

 

En photo, Mini Loup tente le chasse-neige-grand-écart !

3 commentaires
  1. Lucky Sophie dit :

    Ah ah ah, la vie, la vraie ! 😉

  2. Pharmaman dit :

    coucou!
    Cela me rappelle la semaine que nous venons de passer… Quel bonheur!
    Mais je n’ai pas réussi à laisser mes skis à la maison; nous alternons les jours de garde, mon mari et moi. Notre petit dernier ne fait pas encore de ski; nous allons tenter les cours l’année prochaine, pour ses 3 ans.
    J’ai hâte de dévaler les pistes à 5!

    Contente de vous relire.
    A bientôt!

  3. Véronique dit :

    Quelle bonne idée ces combinaisons rouges pour des Loups…!

    Toujours le même style, que j’aime et salue une nouvelle fois, qui nous entraîne avec vous dans vos pérégrinations, comme si nous y étions, sourire aux lèvres en prime : bravo et merci de nous faire partager toutes ces épopées avec humour .

    Bises à tous

Commentez !

© 2017 Trois fois maman -- Mentions légales