Totalement Zanzibar

tanzanie-zanzibar-gemma-plage

Mercredi et jeudi, Troisfoispapa était en déplacement à MarseilleAlors vous vous dites, vous, pauvre Troisfoispapa tout seul à l’autre bout de la France. Et au soleil en plus. Quelle tristesse. Quant à moi, égocentrique que je suis, quand il a évoqué ce déplacement, j’ai tout de suite pensé à à la tronche de mon jeudi matin et particulièrement à la tranche  7h00 – 8h30 :  réveiller, faire déjeuner, habiller et faire décoller les trois pour être à l’heure à l’école et à la crèche, je sais pas pourquoi, je le sentais moyen moyen.

Le mercredi à 18h, nous étions tranquilles à la maison. Troisfoispapa était en partance pour Marseille et nous nous apprêtions à  passer une bonne soirée à quatre ! Il y avait un atelier dessin dans le salon, et un atelier piscine pour bonshommes en plastiques en tous genres dans la salle de bain, tout était sous contrôle !

Et tout à coup, relevant la tête de son dessin, Grand Loup a fait une moue mi-contrariée, mi-terrifiée : « oh la la ! C’est pas super rigolo que papa soit parti, tu vas être hyper stressée demain matin, ça va être HORRIBLE« .

Mon fils, ce marseillais (puisqu’on en parle). Faut pas exagérer, quand je suis stressée je suis pas HORRIBLE, quand même. Un peu vexée, j’ai failli lui dire que pas du tout, que je voyais pas ce qu’il voulait dire, que j’avais, bien sûr, parfaitement prévu d’être d’une humeur exquise malgré l’énorme tuile que représentaient les horaires imposés lors de matinées comme celles-ci. Mais finalement j’ai ravalé ma fierté voyez-vous, et j’y ai perçu une occasion miraculeuse de changer le destin !

J’ai acquiescé (oui, je vois ce que tu veux dire, ça va être atroce demain matin), et je lui ai dit que j’allais essayer de ne pas être stressée, mais que comme il n’y aurait qu’un seul adulte pour tout préparer, (ah bon mais qui ? ah oui, pardon, moi ! ) j’aurais besoin de leur aide et que ça saute  (oui, de leur aide, car à ce moment là, Petit Loup écoutait d’une oreille distraite en jetant ses playmobils dans le bain, et je me suis dit qu’il entendrait peut-être).

Et j’ai ajouté ceci (j’espère que chacun note mes tentatives pédagogiques !) : Ce qu’on peut faire, c’est que si je sens que je commence à m’énerver, au lieu de hausser le ton, je peux dire un mot pour vous le faire comprendre, un mot rigolo comme … Zanzibar. Tu vois, Zanzibar, j’en ai marre ! 

Petit Loup et ses playmos dégoulinants ont rappliqué en gloussant. Zanzibar, c’était vraiment trop chouette à répéter – mon fils cadet avait donc en-ten-du (joie)  !

La fin d’après-midi s’est déroulée sans heurts, tout comme le bain à la queue leu leu, ainsi que l’engloutissement commun de la pizza achetée pour l’occasion (les limites de notre révolution bio ? Pas du tout. C’était une pizza bio. Absolument). Mais au moment où j’ai voulu débarrasser la table, les trois Loups se sont soudain télétransportés dans la chambre où ils avaient des trucs méga importants à faire avant de se coucher.

J’ai demandé de l’aide. Surdité partielle (un seul « j’arrriiiive  » relativement peu convaincant).

J’ai redemandé de l’aide. Surdité totale (on aurait entendu une mouche voler, c’en était presque miraculeux)

J’ai reredemandé de l’aide (inutile au passage, puisque, en parlant, j’avais déjà tout débarrassé)

Et là, je vous le donne en mille, mon Grand fi-Loup de fils aîné me lance, 3 kg de malice au coin des yeux : alors ça y’est, t’es Zanzibar ? 

Je n’ai pas eu le temps de répondre que le cadet lui avait emboité le pas, suivi du petit-dernier que ne disait pas Zanzibar mais qui applaudissait en dodelinant de la couche. Ils virevoltaient autour de moi en riant.  A ce moment là, j’ai bien failli penser que ma tentative pédagogique avait ruiné ma dernière once d’autorité.

J’avais deux options : insister lourdement pour qu’ils m’obéissent et débarrassent la table sur laquelle il n’y avait plus une miette ou me féliciter qu’un échange critique se termine bien. L’absurdité ayant ses limites, j’ai choisi l’option numéro 2 et, d’humeur guillerette, ils sont allés se brosser les dents.

Nous avons lu 8 histoires. D’habitude c’est leur père qui leur lit l’histoire du soir. Mais  ils m’ont embobinée avec leurs comptes d’apothicaires : comme hier, papa n’avait lu que deux histoires au lieu de 3 (alors que je sais très bien que 2, c’est la règle,hein) , il fallait absolument que je leur en lise une de plus chacun, et qu’ils choisissent aussi les histoires pour Bébé Loup qui, comme il est plus petit et plus fragile, avait bien le droit a une histoire supplémentaire. L’entourloupe totale ! J’ai entériné le fait que ma dernière once d’autorité était ruinée MAIS que nous passions un bon moment !

Bref, il y eut un soir, il y eut un matin, et le jeudi 7h00 est arrivé ! Et bien incroyable mais vrai cette histoire de Zanzibar avait détendu tout le monde. Les Loups se sont levés de bonne humeur, ils ont pris leur petit déjeuner en papotant, ils se sont habillés tout seuls. Le rêve ! Autorité temporairement retrouvée, donc, ile m’écoutaient et faisaient les choses une à une avec le sourire (j’ai failli en abuser, tellement c’était beau !)

A 8h04, nous étions prêts. J’étais si fière que j’ai envoyé un texto à Troisfoispapa. Le seul truc, c’est qu’on était prêts sans les chaussures et sans les manteaux. Et pendant que j’envoyais mon texto, les Loups se sont relachés ! Ils ont commencé à sortir les legos et je me suis dit que j’étais foutue.

J’ai demandé qu’ils mettent leurs chaussures. J’ai enfilé son manteau à Bébé Loup. J’ai demandé qu’ils mettent leurs chaussures. J’ai lacé la chaussure droite de Bébé Loup. J’ai demandé à ce qu’ils mettent leurs chaussures. J’ai lacé la chaussure gauche de Bébé Loup.

Je me suis levée, je me suis postée devant eux et j’ai dit en deux syllables bien distinctes, mais sans m’énerver : Chau-ssures (c’est unes des habiletés de l‘éducation bienveillante, je vous en reparlerai !).

Et là, ils m’ont regardée, ils se sont regardés, ils se sont levés, et pendant qu’ils mettaient leurs chaussures, Petit Loup a dit à son frère : Allez Grand Loup, dépêche-toi, sinon maman, elle va devenir totalement Zanzibar !

En photo: Zanzibar, pour les Loups, c’est une mère proche de l’hystérie, pour moi, c’est plutôt ça 😉

21 commentaires
  1. ptite maman dit :

    J’ADORE !!! Ca rappelle tellement certains matins quand papa loup doit partir tôt ou en déplacement …
    Depuis janvier j’ai une petite revanche… Deux ou trois fois par semaine c’est lui qui doit préparer les enfants et les emmener à l’école car je pars fort tôt … une aide particulière : ma mum qui vient garder petit loup pour l’occaz mais tout de même je riais jaune… Jusqu’à ce que je découvre qu’avec papa loup les louloups sont super cool (et oublient même la poussette pour aller à l’école)… nan c’est vraiment trop injuste 😉
    Signée maman-caliméro-loup 😉

  2. MamanVioloncelle dit :

    J’adore aussi. Je dois bien avouer que je ne connais pas les matins avec les enfants. Ils restent avec Nenanie (la nanny) donc je n’ai pas a m’en occuper. Mais je comprends bien le probleme avec les soirees avec un violoncelle, un banc, un lutrin, deux enfants et -25 dehors. C’etait le plan d’ailleurs pour ce soir mais j’ai un peu pleure pour que maricheri m’aide car ce mois ci j’ai le bras dans le platre alors je la sentais pas la soiree violoncelle avec deux enfants fatigues. (bon et j’arrete de taper car avec une main 1/2 c’est long)

  3. aude dit :

    Ah oui, suis sure qu’ils adoreraient ZAN-ZI-BAR!
    Surtout que papa loup part en salon à plusieurs reprises durant le 1er semestre, je note…
    Mais j’ai la chance d’habiter à la campagne, d’avoir la famille pas loin…
    Je demande en général à qqn de récupérer grand loup à l’école, moi, je récupère les 2 autres loups chez nounou, puis dans la foulée grand loup! Il reste encore la soirée et le réveil mais, si pas de malades, pour le moment, je n’ai jamais vraiment plus galéré qu’avec papa loup.
    C’est juste plus intense, j’avoue que lors de ces moments là, je ne me couche pas beaucoup plus tard que les mini loups!!! On récupère comme on peut 😉

  4. génial! je retiens l’idée!!

  5. Véronique Borelli dit :

    J’adore !
    C’est un bonheur que de découvrir vos dernières péripéties et un bonheur que de les découvrir racontées avec ton style léger, enjoué, drôle qui m’ emporte et me donne envie de dire « et après ?? vas-y , raconte », comme si j’étais devant une série dont l’épisode s’arrête – genre « fais pas ci, fais pas ça »
    alors que c’est votre vraie Vie
    mais vous la vivez avec tellement d’enthousiasme et d’amour, votre Vie et tu la racontes si bien que tu nous communiques cet enthousiasme et cet amour.

    Merci Ségo
    continue
    et… sans hésiter à me re re répéter, vas-y…écris le ce livre qui te tends les bras !

    Bisous à tous les 5

    • Troisfoismaman dit :

      Merci Véro ! Quel plaisir de lire ton petit mot ! T’inquiète ! Des histoires de Loups, j’en ai encore quelques unes sous le coude, et c’est pas prêt de s’arrêter 😉 Je t’embrasse fort

  6. Galat dit :

    Avec le titre de l’article j’ai cru que tu allais nous parler de tes prochaines vacances lol…

    • Troisfoismaman dit :

      Je me suis demandé si la photo ne prêtait pas à confusion … il faut croire que si ! 😉 (sinon, Zanzibar, je me le garde pour quand les Loups auront grandi (mais genre 20 ans, tu vois) et que je pourrai dormir sous les cocotiers sans avoir personne à surveiller !)

  7. Marie dit :

    Comme j’ai pensé a toi mais je n’ai pas voulu appuyer le fait que tu ne sois pas a Marseille. J’aurais pas dû: t’étais sur une île paradisiaque! T’es trop forte. Et plein de pensées ce soir

    • Troisfoismaman dit :

      Merci Marie ! Ils sont tous couchés. Danse de la joie. Mais pour combien de temps ? 😉 (la prochaine fois c’est MOI qui viens à marseille. Nanmaisho !

  8. J’adore cette idée de Zanzibar.
    C’est trop mignon.

  9. Gabrielle dit :

    Excellents ces petits!!!

  10. […] alors que je leur demande d’arrêter. On a donc remis au goût du jour notre cher Zanzibar, lui aussi abandonné peu à peu. Il est désormais réservé aux moments où j’ai […]

© 2020 Trois fois maman -- Mentions légales