La petite tragédie du gland

Petit Loup Colorado provencal
Pour ce dernier jour de vacances sous un soleil totalement radieux (je me suis vue dire à Troisfoispapa : tu vois, une des raisons qui me font penser qu’on a vraiment eu raison de s’installer ici, c’est ce temps de dingue en novembre) (ce à quoi il a répondu : tu sais, aujourd’hui, je crois qu’il fait beau partout en France)(mais je ne l’ai pas écouté jouer les rabat-joie, et j’ai décidé de rester accrochée à mon optimisme forcené !).

Bref, pour ce dernier jour de vacances, nous avons testé pour vous le Colorado Provençal. Ouais. Pas besoin de traverser l’atlantique pour marcher dans des sentiers d’ocre. On me l’a toujours dit, en Provence, il y a tout : le soleil, la mer, la campagne, les montagnes et le Colorado, donc !

Troisfoispapa était extatique. Il se souvenait, ému, du Colorado Provençal de son enfance, et avait même voulu qu’on fasse la surprise de la destination du jour aux trois Loups. Aussi a-t-il commencé à prendre la couleur de la terre de feu, lorsque, à 11h30 pile (changement d’heure= famine précoce pendant au moins une semaine), la balade à peine commencée, Petit Loup a tenté un « c’est à quelle heure, le pique-nique? », suivi de très près par ses deux frères qui ont fait preuve, dans cet instant critique pour leurs trois estomacs, d’une solidarité à toute épreuve.

Pour conjurer le sort, nous nous sommes mis à chercher des feuilles en tous genres et de toutes les couleurs de l’automne. Pour montrer aux copains et aux maitresses le lendemain. On a aussi trouvé des glands. Petit Loup en a presque oublié le pique-nique et, comme à son habitude, il m’a refourgué ses trésors et m’a laissée me débrouiller avec.

Ah ça ! Des trésors qui ont fini leur vie moisis dans mon sac à main ou dans une poche de jeans, il y en a eu des milliers. Parfois, quand j’ai l’impression que c’est très très très important pour celui qui me l’a confié, je fais gaffe. Je me trimballe LA fleur, LA feuille, LE gland, L’escargot, LE coquillage, LE brin d’herbe, L’élastique pourri mais BLEU trouvé sur un trottoir (je sais c’est mal), et je le conserve des semaines sans que personne ne me demande jamais rien.

Quand je finis par ranger mes affaires, car ça m’arrive parfois, je distribue les trésors et devant le net désintérêt de mes enfants pour ce qui fût le graal d’une après-midi, je balance tout d’un seul coup, en les remerciant par avance de me prévenir la prochaine fois, de l’intérêt REEL de leurs merdouilles, sur l’échelle de richter des magots naturels.

Ce dimanche après-midi dans le Colorado Provençal, je me suis promenée avec dans les mains LE bloc d’argile de Grand Loup, LE tas de feuilles multicolore que Troisfoispapa avait eu la brillante idée de faire ramasser à ses fils, LE bouquet d’herbe offert par Bébé Loup et LE Gland de Petit Loup. J’étais un arbre à trésors quoi. Grand Loup a même eu une pensée émue pour sa pauvre mère à un moment : « t’as l’air drôlement chargée maman ». Et il a repris son bloc d’argile … 7 minutes chrono ! mais c’était sympa !

J’ai fait tomber le gland, 3 fois. En voulant le ramasser, la première fois, j’ai AUSSI fait tomber le tas de feuilles. J’ai attendu que l’un des quatre me fasse une blague du genre « t’as les mains qui fuient, ou quoi ? » Mais curieusement, personne n’a osé. J’ai fini par mettre le gland dans la poche arrière de mon jeans. Ma fesse droite a passé la moitié du pique nique à lui rouler dessus. Alors je l’ai retiré de ma poche et posé au milieu des victuailles.  Je l’ai rattrapé in extremis  entre une peau de banane et des croutes de fromage, et je l’ai remis dans ma poche. Si. Sacrifice maternel. Un gland à la banane et au fromage dans ma poche de jeans, il n’y a que pour mes enfants que j’en suis capable.

Les Loups se sont roulés dans la terre rouge et jaune pendant qu’on faisait la sieste au soleil, Troisfoispapa, le gland et moi. On s’est dit qu’on était bien, bien, bien, dans le Colorado provençal. Et puis on a levé le camp. On est retournés à la voiture. Forte de l’expérience pique-nique/roulage de fesse, J’ai à nouveau retiré le gland de ma poche et l’ai gardé dans ma main, pendant tout le trajet retour. 1h20.

Lorsque nous sommes arrivés à Aix, les trois Loups dormaient profondément dans la voiture. J’ai mis mon sac sur mon épaule, essayé d’attraper Bébé Loup dans son siège auto, qui s’est réveillé, cabré, mis à pleurer. Machinalement, j’ai jeté le gland sous la voiture, dans la nuit noire, et passé ma main à nouveau libre dans ses cheveux.

Douches, diners, dodo. Soirée de pré-rentrée parfaite après de chouettes vacances et une belle journée. Petit Loup éteint la lumière, agrippe mon cou et me fait trois baisers tout doux :

Dis maman chérie, demain matin, tu me donneras mon gland pour que je le montre à mes copains ? C’est le plus beau gland que j’ai jamais trouvé. 

 

 

 

13 commentaires
  1. Priscille dit :

    Et…? Tu as été chercher le gland sous la voiture?! J’ai l’impression que tu racontes ma vie, pas plus tard qu’hier, je vidais mon sac à main avec 20 marrons tout pourris au fond, un espèce de truc en fer et des minis bouts de bois…..

    • Troisfoismaman dit :

      Tu sais que j’ai failli, aller chercher le gland sous la voiture. Mais ça n’aurait pas été utile, vois-tu, parce que le lendemain matin, il l’avait tout bonnement oublié 😉 (les trésors, c’est chiant. Mais les trésors pourris, c’est vraiment pire !)

  2. Atchoum dit :

    Suis rentrée avec un « tiens maîtresse c est pour toi » dans la poche ce soir : une pomme de pin. … Très mignon.

  3. Betty dit :

    Souvent le soir je me cale dans mon lit avant de me plonger dans le roman en cours pour lire tes textes. Chaque fois non seulement ils me parlent mais surtout ils m’émeuvent. J’adore ta façon d’écrire…pense à en faire un recueil complet un jour.

    • Troisfoismaman dit :

      Rhooo ! Merci Betty. Moi J’adore tes petits commentaires. Ils me rappellent le bon vieux temps et me font dire à chaque fois : il faut vraiment qu’on se voie !

  4. Caroline dit :

    C’est tellement vrai ! Je laisse des semaines de battement avant de jeter quoique ce soit aussi ! et forcément c’est toujours le lendemain que l’on me réclame L’objet 🙂

  5. Marie-la-maman-de-Jeanne dit :

    Tout simplement incroyable ! Dimanche fut la journée du gland pour moi aussi, on les a ramassé « toutes-les-deux » avec petite Jeanne (très important le « toutes-les-deux », elle a répété ça au moins deux cents fois) qui ont été méticuleusement glissés dans les poches arrières de mon jean… En revanche, moi, j’en ai environ une cinquantaine qui, si l’on ne fait rien vont germer dans la portière de la voiture et devenir une belle chênaie : tu veux que je t’en envoie un beau ? 😉

Commentez !

© 2017 Trois fois maman -- Mentions légales