En Avent ! (1/2)

GUIRLANDE-CATH-KIDSTON

Depuis trois jours, nous préparons la maison à attendre Noël. J’avais des idées folles de création de calendriers de l’Avent, mais les journées trop courtes m’ont obligée à reléguer cette mission au rang des non-priorités.

L’air enjoué de Petit Loup lorsqu’il m’a demandé si « on allait bientôt ressortir la maison rouge où on met les bonbons »  (cf: notre vieux calendrier en bois) m’a définitivement déculpabilisée (par contre, il y a mille autres priorités sur ma to-do-list que je suis honteuse de voir patienter, mais je ne désespère pas).

Je me souviens toujours avec émotion de quelques moments fugaces qui font à chaque fois la magie de ces préparatifs. Pour cette année, je retiendrai Grand et Petit Loup chantant « Vive le vent » à tue-tête en fabricant des guirlandes, et Bébé Loup découvrant la crèche illuminée avec un « Waouh, très beau ! Bravo mamanjolie ! ».

Et j’oublierais volontiers le reste, si je nous trouvais pas un peu drôles, tous, avec notre surexcitation !

Je suis une très grande bordélique. Mais je suis une méthodique psychorigide du carton décos de noël. Je ne supporte pas qu’on déballe tout comme ça, en faisant des grands gestes et en se fabricant des écharpes ou des cordes à sauter de guirlandes dorées. Et quand on manipule les santons, je veux qu’on le fasse avec soin. Par ailleurs, j’aime bien que les rois mages soient planqués derrière la baffle, qu’on ne mette pas la crèche à même le buffet, que le petit jésus soit caché lui aussi, jusqu’au 25 au matin. Bref, Noël, c’est sérieux.

Alors quand je les ai vus, tous, se ruer sur les boules comme des petits fous, j’ai crié façon prof de sport qui explique l’exercice, vous voyez,  pour que tout le monde m’entende bien : Otez vos mains de là, je vous rappelle qu’il n’y a pas de sapin cette année, donc les boules, elles restent dans le carton ». Dans les yeux de Troisfoispapa, j’ai lu « Rabat-joie ». Et il a ajouté, narquois, pour que je comprenne bien : « donc pas de sapin, pas de boules ? « , ce qui me paraissait une évidence, m’enfin !

Donc finalement, privés de boules de Noël par leur mère aigrie, les Loups menés par leur père ont commencé à confectionner de joyeuses guirlandes. A pois. Très jolies les guirlandes. Mais pas du tout en harmonie avec ma déco de Noël. Ils étaient aux anges, tous, et moi je me disais que ces pois orange et vert, là, avec ma petite maisonnette de l’Avent rouge, ça n’irait pas du tout. Alors qu’ils me regardaient tout heureux, j’ai quand même eu cette furtive prise de conscience : C’est toi qui es pénible et pas du tout dans l’esprit de Noel, à force de vouloir l’imposer. Laisse les faire leurs guirlandes orange et vertes et sois contente.

J’ai chaussé mon plus joli sourire et proposé qu’on se lance dans la crèche. D’abord, il y a eu de lourdes négociations pour que l’idée de « crèche collective » soit adoptée. Chacun voulait sa crèche sur sa petite étagère « pour pouvoir s’endormir en la regardant » et il a même été question que l’un prenne l’âne et l’autre le boeuf, et que la mangeoire du petit Jésus soit en garde alternée. Dans le genre respect de la tradition, on repassera !

Pendant les argumentaires, Bébé Loup a pris les santons pour des playmobils. Voilà qui a couté une main au Ravi, désormais croisé capitaine crochet. Au moment le plus houleux de la discussion et tandis que le Ravi venait de dégringoler, j’ai à nouveau haussé le ton, façon prof de sport dont on n’a pas compris l’exercice :

– Ok, les Loups ! On va quand même réfléchir à ce qu’on est en train de faire, là, non ? On est en train de préparer la crèche ?

– Ouiiii (en choeur)

– Et qui attend-on, dans cette crèche ?

– Jésus (en choeur)

– Voilà. Donc c’est un moment où on pense à lui. Aux belles choses qu’il a dites dans sa vie et dont on pourrait s’inspirer pour la nôtre. Comme le partage par exemple. Ou le fait de prendre soin des choses (c’est mal. Mais j’étais prête à tout pour qu’ils arrêtent de bidouiller les santons) (du coup peut-être que les Loups vont croire à tout jamais que « prendre soin des choses » est l’un des 10 commandements) (ça m’arrangerait, au moins les 10 15 20 prochaines années).

Sur le moment, Petit et Grand Loup n’ont pas relevé la question du soin (qui était de toute façon adressée à Bébé Loup) mais ils se sont regardés avec des yeux tout enamourés : ok, alors on la fait ensemble, la crèche. Pour toute la famille. Pour tout le mois de décembre. Ce fut la minute Love de la  journée !

Dans le prochain épisode de « En Avent », vous saurez tout sur l’installation de la crèche, du calendrier et des bougies de NOEL. Avec de la soupe au potimarron inside ! Je ne vous en dis pas plus !

En photo : Les guirlandes « de Noël » confectionnées par les Loups. Pour que vous compreniez. (et pourtant, je suis une fan absolue de Cath Kidston qui a réalisé ces petites bandelettes à pois)

 

 

1 décembre 2014ma vie de mamanCommentez !

Réagissez !
  1. […] vous avais donc laissés sur les bonnes intentions de Petit et grand Loup : faire la crèche ensemble, pour toute la famille, pour tout le mois de décembre. C’était […]

© 2020 Trois fois maman -- Mentions légales