Au revoir Grand-papy

illus-deuil

Ce matin, en voyant Petit Loup si affairé à tenter de faire entrer ses animaux dans son arche de Noé, j’ai hésité un instant à repousser le moment de quelques heures. Mais la vérité, celle que je connaissais depuis la veille déjà, je la leur devais. Là. Tout de suite.

J’avais réfléchi plusieurs fois ces derniers jours. Je ne voulais pas leur dire que tu nous avais quittés. Parce qu’il y a une pointe de reproche dans cette formulation là. Comme si c’était ton choix, de nous planter là. Je ne voulais pas non plus leur expliquer que tu étais parti. Parce que chez nous, quand on part, on revient toujours. Je ne voulais pas qu’ils espèrent ça. Et puis parti où ? J’ai pensé à notre bon vieux décédé. Mais à 6 et 4 ans, on est encore hermétique au langage administratif.

Alors je leur ai simplement dit J’ai une nouvelle bien triste à vous annoncer. Grand-papy est mort hier soir. 

J’avais eu le temps de préparer le terrain. Aussi délicatement que possible. Lorsqu’il y a 15 jours, tu étais entré à l’hôpital, je les avais prévenus tout de suite. Que j’étais inquiète, que c’était grave, que tu étais évanoui. Tous les jours, depuis ce lundi là, à la sortie de l’école, les Loups me demandaient de tes nouvelles. Et tous les soirs, je leur racontais. Au début j’ai pu leur dire que tu avais ouvert un peu les yeux. Ensuite, je leur rapportais ce que je te disais, les baisers que je posais sur ton front pour eux et pour leurs cousins, puis les berceuses que je fredonnais en serrant fort ta main.

Quand j’ai compris qu’il n’y avait plus d’espoir, je me suis dit que je devais leur dire, d’une manière ou d’une autre. Et en même temps, comme je n’étais pas capable de leur donner de calendrier, ça me paraissait compliqué. Alors j’ai pris Grand Loup à part, et je lui ai dit que si j’étais stressée et inquiète, c’est parce que ce que tu avais était très grave. Que les médecins faisaient tout pour te soigner mais que, peut-être, ils n’y arriveraient pas. Comme je m’y attendais, Grand Loup a posé la seule vraie question : Et s’ils n’y arrivent pas ? Et j’ai pu lui répondre : S’ils n’y arrivent pas, Grand -papy mourra. Il m’a fait un câlin, et il a soufflé un grand coup, puis il m’a dit bon ! Ben j’vais jouer. Il y a deux jours, c’est Petit Loup qui a eu besoin de réponses. Il m’a lancé à la sortie de l’école : Ce qui m’inquiète le plus, c’est que Grand-papy meure.

C’est pour ça tu comprends, que ce matin, il n’y a pas eu besoin de longues explications. Grand Loup a beaucoup pleuré. Comme un petit chiot perdu, il ne savait pas ou se mettre, ni comment s’installer. Il a tourné sur le canapé pendant 10 minutes, les yeux baignés de larmes, avant de se contorsionner dans son lit, puis de se lever finalement, tout agité. Petit Loup n’a rien dit pendant longtemps. Puis il a posé tout un tas de questions très pratiques. Il a demandé où tu étais, qui allait t’accompagner au cimetière, si je connaissais les noms des pompiers filaires (pompes funèbres en beaucoup plus joli) et surtout, il a insisté pour qu’on mette bien ton adresse sur la pierre tombale. Ton nom bien sûr, mais ton adresse aussi.

Ils se sont révoltés tous les deux quand nous leur avons dit qu’ils n’assisteraient pas à ton enterrement. A coup de on ne peut jamais aller nulle part. Déjà on n’a pas pu le voir à l’hôpital, et maintenant on peut même pas aller à la messe, c’est nul. Quand ils m’ont demandé pourquoi, je n’ai pas vraiment su quoi répondre. Ils m’ont fait douter tu vois. Dans ma tête, ils étaient bien trop petits. Mais est-ce qu’on les prive de quelque chose, en ne les associant pas ? Je me laisse encore quelques heures pour réfléchir à tout ça.

La journée s’est passée à peu près sereinement. Nous avons regardé les jolies photos de cet été, celles des vacances en famille, chez vous. Chez toi. On a parlé de ta maman (ils n’avaient pas compris jusque là, que tu avais eu une maman), des baskets trop petites de Grand Loup, de c’est comment quand on est mort, du lamantin du zoo de Vincennes, de maman (Petit Loup n’avait pas saisi, encore, que tu étais son papa) … Parfois, la vie était presque normale aujourd’hui. Et puis tout à coup, je croyais te voir au coin de la rue et je réalisais comme pour la première fois que tu ne serais plus jamais là.

Ce soir, alors que je bordais Petit Loup, il a pris ma tête dans ses petites mains, et il m’a demandé : Dis, est-ce que Grand-papy, il sera encore mort demain ? 

Ton arrière-petit-fils compte bien que ça s’arrange, ta mort, et moi je te parle, je t’écris même, tu vois. On a beau s’être préparés, j’ai l’impression qu’il va nous falloir du temps pour nous habituer à la vie sans toi.

Au revoir papy. Au revoir, Grand-papy chéri.

34 commentaires
  1. bbb's mum dit :

    plein de pensées pour toi et les tiens !

  2. kristell dit :

    C’est si joliment écrit. Mes condoléances. On peut toujours compter sur les enfants pour nous faire sourire dans ces moments là.

  3. Bao dit :

    Plein de bises dans cette épreuve.
    Peut-etre que de venir à l’enterrement pourrait leur permettre de lui dire au revoir à leur façon?

    • Troisfoismaman dit :

      Merci Lamia. Oui nous avons beaucoup réfléchi cette semaine. Enterrement ou pas pour les enfants. On a changé d’avis mille fois. Finalement ils n’iront pas, mais pas pour les raisons que nous avions évoquées au départ ! C’est ma grand-mère qui souhaite qu’ils n’assissent pas à la cérémonie. Je t’embrasse

  4. galat dit :

    Ma petite Sego, que j’aimerais etre aupres de toi pour te prendre dans mes bras et soulager un peu ta peine (meme si c’est totalement illusoire, car la douleur ne part pas aussi facilement..). Toutes mes condoleances, a toi, a vous. Dis a tes enfants que tant que vous serez en vie, le souvenir de leur Grand-papy vivra a travers eux. Et enfin, dis toi qu’ils ont eu cette chance formidable de connaitre leur arriere-grand-pere!!! Je vous embrasse

  5. Aupaix Nolwenn dit :

    Ségolène, toutes mes condoléances. Ton texte est si joliment écrit, j’en ai les larmes aux yeux. Je pense bien fort à toi et ta famille dans cette épreuve difficile.

  6. Ptite maman dit :

    Un bien joli aure-voir. Mille douces pensees pour vous tous.

  7. quelle chance il a ce grand-père, d’avoir un si touchant hommage de la part de sa petite fille! courage à toi et à tes proches….
    j’ai beaucoup pensé à toi et à ton grand-père ces derniers jours, je me demandais comment il allait….le mien a fait un AVC dimanche…..(mais à priori ça va….bien qu’à cet âge…..)

    • Troisfoismaman dit :

      Oh non. Comment va ton grand père à toi ? J’espère que ce n’est pas grave. Merci pour tes douces pensées. Je t’embrasse

  8. Betty dit :

    Coucou Ségolène, un bien bel aurevoir pour ton papi. Je crois que les enfants ont un rapport beaucoup plus simple à la mort que nous pouvons l’avoir nous. Je crois que s’ils sont tristes c’est parceque nous nous sommes tristes. Les emmener ou pas à l’enterrement ? Je ne sais pas. Nous n’avions pas eu le choix il y a 5 ans d’emmener la grande qui avait alors 3,5 ans ; elle avait posé des questions du genre « mais il est allongé ou assis dans la boite ? »; je n’ai pas eu l’impression que cela l’ai choqué, mais elle a par contre pris conscience de la mort ce qui l’a angoissé durant les 2-3 mois qui ont suivi (vis à vis de nous). Pour celui de ma grand-mère je ne les ai pas emmené, mais elles n’étaient pas du tout proches d’elle. Récemment j’ai assisté aux obsèques d’une dame de 65 ans, qui après 2 ans de lutte a fini par être emporté par son cancer ; ses 13 petits enfants étaient présents, ils avaient fais des dessins déposés sur le cercueil pendant la cérémonie, et ils avaient aussi déposés des bougies au cour de celle-ci (cela porte un nom), je crois que ça leur a permis de lui dire aurevoir et de donner une dimension concrète à la disparition prématurée de leur mami. Voilà, je ne sais pas si cela pourra t’aider, en tous cas je te présente mes condoléance.

    • Troisfoismaman dit :

      Merci Bettina ! Ton long message m’a beaucoup aidé dans nos réflexions. Et je crois qu’en effet, le lien des enfants à la personne décédée, ainsi que le déroulement de la cérémonie sont deux facteurs déterminants dans la décision. Après avoir retourné la question 1000 fois, c’est finalement ma Grand-mère qui a émis le souhait que les enfants ne soient pas là. Merci pour ton adorable message. Je t’embrasse (et à très vite, j’espère)

  9. Vanessa dit :

    Oh qu’elle tristesse ! Je comprends tellement bien ce que tu peux ressentir car je l’ai moi-même vécu avec mon grand-père que j’adorais. On est jamais prêt à voir partir les gens que l’on aime et ce même si ils ont eu une vie longue et bien remplie. Ne plus les voir est tout simplement un arrachement. Tu as bien fais de dire les choses telles qu’elles sont à tes enfants. C’est important de ne rien leur cacher, même si on emploi des mots adaptés. Il t’en seront reconnaissants. Et puis le temps va faire son oeuvre, seuls les bons souvenirs vont perduré. Je te souhaite pleins de courage dans ces moments douloureux.

  10. Luise dit :

    Je te fais de grosses bises Ségolène. Ton texte est incroyablement émouvant.

  11. Un billet à la fois triste et si doux, si beau…
    Toutes mes condoléances à toi et à tes loups. Que ça doit être dur à annoncer une telle nouvelle… Même si tu la fais du mieux possible.

  12. Priscille dit :

    Je pense très fort à toi Ségo…
    Lorsque mon grand père est mort, j’ai laissé le choix aux enfants (6 ans et 4 ans) de nous accompagner ou non à la messe.
    Ils voulaient être là! Et je pense (mais c’est mon avis perso) qu’ils ont ainsi pu dire un vrai « au revoir »….
    Ensuite, ma boulette de 4 ans voulait venir à la mise en bière. Elle voulait le voir une dernière fois, lui faire un bisou, lui faire un câlin et lui donner son dessin… J’y ai réfléchit toute la nuit et j’ai accepté. Si c’était son souhait et son choix, si je ne lui disais pas que ça pouvait être impressionnant, pourquoi pas… (Et finalement ce qui est impressionnant pour un adulte, ne l’est pas forcément pour un enfant…). Elle a donc fait ce qu’elle voulait faire et encore aujourd’hui, je suis heureuse de lui avoir laissé le choix (je parle pas de grand crapaud, il ne voulait pas le voir mort). Elle repense à lui paisiblement au lieu de s’imaginer des choses….

    • Troisfoismaman dit :

      Merci pour ton message Priscille, et pour ce partage d’expérience qui m’a fait beaucoup réfléchir. Finalement, les enfants n’iront pas, parce que ma grand-mère ne le souhaite pas, mais je me dis que dans une autre configuration, cela aurait surement été bénéfique pour eux qu’ils assistent à la cérémonie. Je trouve ça très courageux de ta part de leur avoir laissé le choix alors qu’ils étaient si petits ! C’est une belle leçon ! Je t’embrasse

  13. Toumpite dit :

    Toutes mes condoléances et pensées positives pour toi !
    Je suis passée par là la semaine dernière et je n’ai pas emmené l’aîné qui a 3 ans aux obsèques. Je n’ai pas osé lui dire car il est un peu petit pour comprendre, je trouve, et il n’a pas beaucoup connu mon grand-père (qui n’avait plus sa tête depuis 4-5 ans et qui habite loin).
    Je trouve ta démarche très bien. Et le commentaire de Priscille donne à réfléchir car, finalement, on ne peut jamais ressentir à la place des autres

    • Troisfoismaman dit :

      Ce sont de toute façon des questions difficiles. La pédiatre de ma soeur lui a dit qu’avant 3-4 ans, les enfants ne pouvaient pas concevoir la mort de quelqu’un qui ne fait pas partie de leur quotidien … a chaque cas sa réponse. En tout cas, je t’envoie aussi une cargaison de douceur <3

  14. Gabrielle dit :

    J’ai toujours regretté de ne pas avoir emmené mes enfants aux obsèques de leur grand mère maternelle. Puis l’année suivante ce fut le tour de leur grand père paternel et ils sont venus. Tout cela fait partie de la vie et on ne gagne rien à le cacher aux enfants . Surtout s’ils ont eu une belle relation avec leur papy ou grand papy … Ils ont le droit de l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure (selon l’expression consacrée) . L’accompagner ainsi , c’est aussi comprendre ce qui arrive, et pouvoir avancer dans la vie.
    Je t’embrasse fort. Et mes petits également.

    • Troisfoismaman dit :

      Merci Gabrielle pour vos conseils; Vous avez raison cela ne sert à rien de leur cacher. Et votre message nous a fait beaucoup réfléchir ! Finalement, ils n’iront pas car leur Grand-mamy qui ne veut pas que les enfants la voient « dans cet état », et nous souhaitons respecter cela. Mais dans d’autres circonstances, nous n’aurions sans doute pas pris cette décision. Je vous embrasse et je transmets vos baisers aux Loups !

  15. Nicole dit :

    Une énorme pensée pour toi et toute ta petite tribu…
    Je pense que ton Papy vivra encore longtemps dans les jolis souvenirs que vous avez de lui, mais en attendant que la tristesse ne s’efface, courage à vous tous!

  16. miss.behave dit :

    Toutes mes condoléances à toi et ton entourage. Je vous souhaite courage et patience pour surmonter cette douloureuse épreuve de la vie.
    Ici, les décès injustes et insoutenables ont précédé la naissance de ma fille et nous serons confrontés à l’expérience inverse: évoquer les absents qu’elle n’aura jamais connu. Pas simple tout ça. Mille pensées en tout cas et des bises.

  17. J’ai une boule au ventre en lisant ton billet… des pensées pour toi, vous, lui.

  18. […] puis mon grand-père, mon autre grand-père, mon unique grand-père depuis le mois de juin a été hospitalisé. Très vieux, très fatigué, il s’est éteint la nuit de noël, alors […]

Commentez !

© 2017 Trois fois maman -- Mentions légales